Opération 10000 prisonniers

Pour ce qui concerne l’Operation 10,000 Prisonniers, il est evident que le courage des combattants de l’exterieur depend absolument du moral des prisonniers de l’interieur – they are each other keepers. Savoir que les prisonniers sont maltraites, decouragerait les combattants – il est de ce point de vue essentiel de bien s’occuper des prisonniers, de leur servir leurs meilleurs plats, afin que la prison meme deviennent elechante, car ainsi on donnerait aux combattants le courage de sortir marcher, vu qu’ils n’auront plus peur de la prison. C’est tres simple, et la diaspora peut tres facilement agir ici. Les Bamileke ont l’avantage culturel au Cameroun, d’avoir une culture americaine dans la gestion de l’autonomie. La fondation de la tontine, c’est justement dans le we are each other keepers, dans l’esprit communautaire. C’est en quelques sortes le communautarisme actif……

Le resistant et leader Mayer Foning a sa sortie de la prison centrale de DOuala – New Bell. Illegalement arrete par la Tyrannie parcequ’il a voulu marcher pacifiquement le 1er Juin 2019

Dans le sens pragmatique, cela veut dire quoi? Cela veut dire ceci: deja les detenus de Yaounde, Douala, Nkongsamba, Bangangte sont tous pris en charge, absolument – cela ce sont des frais de logistique: la Tontine Maurice Kamto est la pour ca. Mais pas seulement les detenus: leurs familles sont aussi prises en charge, et la, entre le Programme Ndoki. Tel a son enfant malade, tel autre a sa femme qui est a terme, tel troisieme a son loyer qui a des problemes, un autre-la a ses enfants qui doivent aller a l’ecole. La diaspora gere ces petites choses qui sapent le moral des detenus. Elle en a les moyens. Il suffit ici donc, de mettre la diaspora a la tache, et la communaute camerounaise dans sa largeur entre en oeuvre par le systeme de au-pair qui est au coeur du Programme Ndoki.

Vous voyez donc que par cercles concentriques, la communaute qui etait avant uniquement les detenus avec leurs familles, s’ouvre pour embrasser des inconnus qui sont a Londres, au Texas, a Paris, en Chine, etc, qui tous, chaque mois, soutiennent des familles de detenus de leur choix, et avec lesquelles ils sont mis en lien et en relation par le Programme Ndoki.